On dit dernièrement que Dieu est si grand qu'il ne peut pas se réduire au Dieu d'une seule religion. En ce sens là, on considère Dieu comme l'esprit absolu. Or, du point de vue de l'Ancien Testament, le Dieu d'Israël - son égo-transcendantal, son sur-moi - est "le plus grand de tous les dieux", (Exode 18,11). Il est "au-dessus de tous les dieux", (Psaume 135,5). Avec le monothéisme - idée de Paul de Tarse - on a fait du dieu d'Israël un universel. Dans ces conditions, le dieu des chrétiens - le Christ lui-même - est une simple singularité. Quoi qu'il est considéré comme le fils du dieux d'Israël, comme l'incarnation de son idée. Rappelons que pour le bouddhisme, Bouddha est bien une singularité, mais cette singularité est considérée comme le paradigme de la bonté.