Théoriquement parlant, le principe d'égalité entre les êtres humains apparait en Grèce, avec la réforme de Clystène, en 507 avant J C. C'est alors qui va surgir le concept d'isothymia: d'égalité en dignité de tous les êtres humains. Ce qui veut dire que tous les être humains - hommes et femmes - sont la manifestation de la même dimension générique: de l'humain. Ce qui est d'une évidence totale. De la même manière que nous disons que tout chien est un chien, de la même manière nous disons que tout humain est un être humain. Au même moment va se développer le concept de l'isonomia: de l'égalité en droit de tous les citoyens. Puis, surgit le concept de l'isocratia: de l'égalité devant le pouvoir. Donc, de la démocratie. Depuis lors, et jusqu'à nos jours, cette idée fait son chemin, avec des très longs périodes de régression, comme le Moyen Age. Le fait est que ce fil conducteur est, dans sa pure vérité, le fondement de la culture moderne. Bien évidemment, il ne peut pas y avoir de démocratie (isocratia), sans justice corrective, ni sans justice distributive. Et c'est qu'Aristote va développer