Aristote nous dit (La Métaphasique B) que le singulier est ce qui est un numériquement - donc, l'individu pour ce qui est l'humain -, tandis que l'universel - l'humain, en l’occurrence - est ce qui se manifeste en première instance dans toute singularité. Ce qui veut dire que toute individualité est avant tout une manifestation de l'humain. Ceci de la même manière que tout chien (quelque soit son espèce) est en chien: tout humain est un humain. Par conséquent, les manifestations particulières - ethniques, culturelles, etc, etc. -, sont théoriquement secondaires, par rapport à la dimension universelle; qui est la dimension générique de cet être. Et c'est, précisément, ce que l’État de droit tend à instituer, à travers le principe de l'égalité devant le droit.