Tout ordre institutionnel produit ses propres organes. Le FMI et l'OMC (l'Organisation Mondial du Commerce) sont des organes des Accord de Bretton Woods, au sens strict de ce terme. Par contre, la Banque mondiale, la FAO, l'Unicef et OIT (l'Organisation International du Travail), sont plutôt des manifestations de la mondialisation qui s'est développé avec l'Organisation des Nations Unis. De sorte que le dépassement du règne du billet vert, implique la disparition des organes qui lui sont propres, comme le sont le FMI et l'OMC. Car le règne de l'étalon-or est un système qui s'autorégule d'une manière englobante. En effet, dans cette réalité les puissances exportatrices ont des réserves or importantes, ce qui leur permet de fonctionner en libre échange, tandis que les pays les moins concurrentiels doivent pratiquer le protectionnisme. La règle de l'équilibre budgétaire - chère à Adam Smith - joue au sein de cet ordre un rôle régulateur de première importance . Ce qui empêche le sur-endettement et la faillite des nations. Car dans ce système, l'illusion de la planche à billets n'a pas lieu d'être.