La fin du règne du billet vert et le retour à l'étalon-or, ne peut être que le résultat soit, de la convention - par une renégociation des Accords de 1944 -, soit par les automatismes du marché, à cause des achats massifs des banques centrales et d'une monté considérable du prix du métal jaune. Ces processus devraient provoquer le retour aux monnaies nationales et l'effacement des monnaies fiduciaires du marché international.