Le néolibéralisme - que nous connaissons depuis 1933 - n'est pas une continuité, et encore moins l'achèvement, du libéralisme. Il s'agit plutôt d'une perversion du libéralisme classique. Le néolibéralisme surgit avec le règne du privilège exorbitant, avec le dépassement de la monnaie unique universelle: l'étalon-or. Dans l'ordre néolibéral, l'asymétrie entre les nations atteint son niveau le plus élevé. En effet, avec ce système une nation a trouvé non seulement la pierre philosophale, la possibilité d'acheter les biens du monde avec du simple papier, mais aussi la possibilité de déterminer le droit, la politique et l'économie internationale. Puis, dans cet ordre les pays riches pratiquent le protectionnisme et le dumping, par rapport aux pays les plus faibles. La fin du règne du billet vert implique le retour à l'étalon-or et à l'égalité des chances dans la concurrence internationale.