Dans son œuvre principale - La Grande Transformation, 1944 - Polanyi nous explique que l'économie libérale classique se caractérise par trois facteurs essentiels : 1) Le marché du travail concurrentiel; 2) Le libre échange international, et 3) l'étalon-or. Il oublie une dimension essentielle: la loi de l'équilibre budgétaire (A. Smith). Ceci dit, il perçoit clairement que ce système s'autorégule d'une manière englobante, selon le rapport entre le libre échange et le protectionnisme. De sorte que les pays excédentaires (cas de la Grande-Bretagne, particulièrement) fonctionnaient en libre échange, tandis que les pays déficitaires pratiquaient le protectionnisme. Ce qui leur permettait d'éviter le surendettement et la banqueroute. Pour cette raison il nous dit, que le marché international était organisé comme un marché autorégulateur. Curieusement, Polanyi ne perçoit pas la cause de l'échec du système de l'étalon-or. Ce phénomène fut le résultat: 1) de la politique de thésaurisation de l'or par la Réserve Fédérale, 2) de la politique protectionniste de Hoover (juillet 1930), et 3) de la démonétisation de l'or par Roosevelt, avec la Confiscation Act du 5 avril 1933. Quoi qu'il prenne conscience de la fin de ce système et nous dit, à ce propos, que l'échec de l'étalon-or, est l'échec de l'économie de marché. Il aurait du parler plutôt de la fin d'une économie de marché symétrique. Puis que l'asymétrie de l'étalon-dollar devait conduire au dysfonctionnement de ce système, pendant la crise des années trente. En tout cas, Polanyi n'a pas pris conscience de l'importance de l'interdit du protectionnisme du côté une puissance excédentaire, ainsi que la nécessité d'éviter la thésaurisation de l'or du côté des banques centrales.