Toute doctrine sociale, comme on disait dans le temps, comporte une philosophie politique et présuppose une philosophie éthique, c'est-à-dire un principe axiologique. Aristote nous montre, à ce niveau là, que selon la logique des déterminations de l'Etre, le singulier est ce qui est un numériquement, tandis que l'universel est ce qui se manifeste en première instance dans toute singularité. (Métaphysique, B, 4, 30). En l'occurrence, les hommes et les femmes (tous les hommes et toutes les femmes) sont des singularités (du genre humain) et, en tant que telles, des manifestations de la substance générique de cet être. De sorte que c'est cette dimension générique qui s'exprime à travers le thymos (le sens de la dignité) de chaque être humain. De là, le concept d'isothymia (d'égalité en dignité), comme fondement éthique de toute philosophie sociale. Par conséquent, le fait que c'est cette égalité en puissance qui doit devenir égalité en acte, à travers la pratique du politique: l'égalité en droit (isonomia) et l'égalité devant le pouvoir: isocratia.