Nous appelons système capitaliste cet ordre qui s'est développé à partir de l'"Habeas Corpus Act", en Angleterre, en 1679. Notons que du point de vue politique, la sécurité juridique résultante de cette loi, va produire l'individualisme et secréter le pluralisme et l'État de droit. Tandis que du point de vue économique, la sécurité juridique donne naissance à un système bancaire - les "county banks" -, dont la finalité était de collecter l'épargne, pour faire du crédit en vue de l'investissement. En 1700, c'est la révolution industrielle, avec la construction des hauts fourneaux et l'utilisation du charbon de coque, au lieu du charbon végétal. En 1692, Locke écrit son premier texte sur la valeur de la monnaie - Some Considerations...-, où il développe la thèse quantitative de la monnaie et où le crédit apparait - en rapport inverse - comme la puissance énergétique de ce système. Ainsi, le système simplement monétarisé de la période précapitaliste, devient capitaliste, grâce à l'épargne, le crédit et l'investissement; donc, à l'accumulation élargie. Par conséquent, c'est avec l'accumulation élargie que la monnaie devient un instrument efficace. Le crédit - la politique monétaire - est ainsi le moyen le plus adéquat en vue de rendre l'instrument monétaire le plus efficace possible.- La crise du crédit que nous connaissons actuellement, est la manifestation la plus évidente de la profondeur et de l'étendue des dégâts. Mais, ce qui est la cause de cette crise est la monnaie principale: le billet vert. Son nécessaire dépassement est, dès lors, la condition même de la recomposition de l'ordre du monde.