Fin 2007, la dette publique de la France était de l'ordre de 1.250 milliards d'euros. En 2008 l'Etat devrait emprunter 116 milliards d'euros, soit 20% de plus qu'en 2007. (Le Monde, Argent, 13-14 janvier 2008,p. 6) Le fait est que l'endettement national tend à augmenter non seulement en termes quantitatifs, mais aussi en termes réels. Or, c'est précisément cette forme d'alourdissement de la dette qui est généralement mise entre parenthèse. Ce qui empêche de comprendre la logique même de ce phénomène. Car, comme on peut le comprendre aisément, ce n'est pas la même chose, par exemple, 1 milliards d'euros, si cette monnaie vaut 1 dollar que si elle vaut 2 dollars. L'intérêt de la France est, dès lors, en ce qui concerne l'endettement, d'avoir un euro sous évalué, qu'un euro sur évalué. Pour cette raison, il serait économiquement suicidaire de garantir l'euro avec le métal jaune, comme certains économistes le proposent. En effet, dans ce cas la dette serait non seulement colossale, mais pour ainsi dire éternelle.- Remarquons que le retour de l'or comme étalon, impliquerait non seulement la perte de valeur totale de l'euro, mais aussi, et par là même, la disparition de la dette publique.