En parlant du métal jaune Lénine disait que les bolchéviques allaient faire des vespasiennes en or. Keynes, pour sa part, a parlé de relique barbare et Roosewelt de fétiche démodé. A présent, c'est par la loi de la gravitation économique universelle que l'or est en train de reprendre sa place d'étalon monétaire, de monnaie unique universelle. Mais, le retour à l'or comme étalon implique, tout simplement, que la principale industrie américaine cessera d'être la production de valeurs monétaires. Certes, les États-Unis ne sont pas dépourvues de moyens, ils possèdent actuellement, de loin, la première réserve en or du monde: 8.117 tonnes. En réalité, les pays qui vont connaitre de terribles difficultés, sont ceux qui vont se trouver avec peu de réserves or et de montagnes de valeurs monétaires qui, en cas de retour à l'or comme étalon, ne voudront plus rien. Car, il faut comprendre que les valeurs fiduciaires sont des valeurs qui n'ont pas de garantie effective en elles-mêmes. Les responsables de la Réserve Fédérale ont toujours compris que l'or est la seule valeur qui n'est pas garantie par autre chose que par lui-même. Donc, que les papier monnaies et les bons des trésors publiques ne sont, en dernière instance, que du papier.