vendredi 25 janvier 2013

A propos de l'utopie.

Le devoir-être du monde est une nécessité sociale. Toute société a besoin d'une perspective. De savoir qu'elle peut dépasser l'injustice existante. L'utopie du XIXème a provoqué la disgrâce du XXème. Et ceci à cause du fait que ce projet implique la négation de droit de l'économie, du droit et de la  […]

Lire la suite

samedi 13 octobre 2012

La finalité de la communauté internationale.

Aristote pensait que la communauté sociale existe en vue de promouvoir les échanges et de lutter contre les injustices réciproques. Kant parle, pour sa part, de la nécessité de construire une communauté universelle en vue d'assurer et de garantir la paix éternelle. Rappelons, à ce propos, que la  […]

Lire la suite

lundi 1 octobre 2012

A propos de la comprehension de la crise actuelle.

C'est l'histoire qui nous permet de comprendre le processus de la crise. Pour nous, aussi bien la crise de l'étalon-dollar que la crise de la monnaie unique. Par contre, c'est la philosophie qui nous indique le sens du devenir. Marx considérait que le sens de ce processus est la création d'une  […]

Lire la suite

jeudi 30 août 2012

A propos de la logique de l'être social.

Selon la logique de l'être social, il n'y a pas de société sans État, ni État sans budget, ni budget sans politique monétaire. Pour cette raison, on dit aussi que la souveraineté monétaire est le complément de la souveraineté politique. Les problèmes de rareté monétaire que connaissent les pays  […]

Lire la suite

lundi 6 août 2012

L'Europe et le désenchantement du monde.

Max Weber considérait que le désenchantement du monde ne pouvait être que le résultat du progrès de la raison, de la détrancsendantalisation de la pensée. Actuellement, nous constatons en Europe Occidentale un désenchantement du monde qui n'est pas le résultat de la dissolution du religieux, mais  […]

Lire la suite

vendredi 27 juillet 2012

Aristote et l'esclavage.

Certains théoriciens considèrent qu'Aristote est le philosophe de l'esclavage. Juan Inés de Sepulveda (1490-1573) - un des premiers traducteurs de La Politique, historiographe officiel de Charles Quint et percepteur du Prince Philippe d'Espagne -, considérait, en revendiquant Aristote, qu'il y avait  […]

Lire la suite

lundi 18 juin 2012

Colonialisme et néocolonialisme.

Au sens strict du terme, le colonialisme implique l'occupation du territoire d'un autre peuple - ou d'autres peuples -, en vue soit de l'exploitation économique, soit de la conquête de l'espace vital. Le néocolonialisme est l'exploitation indirecte, soit par le biais du marché - théorie  […]

Lire la suite

vendredi 15 juin 2012

Droit et monnaie.

Les latins disaient que là où il y a du droit, il y a un ordre social. Et là où il y a un ordre social, il y a du droit: Ubi jus, ubi societas...Les grecs pensaient de leur côté que là où il y a du droit (nomos), il y a de la monnaie: nomisma. Ce qui veut dire que tout État doit produire son droit  […]

Lire la suite

samedi 19 mai 2012

A propos de la logique du social.

Les latins disaient que là où il y a des sociétés, il y a du droit. "Ubi jus, ubi sociétas. Or, dans la tradition conceptuelle grecque on savait que là où il y a des sociétés, il y a du droit, mais il fallait ajouter aussi que là où il y a du droit (nomos), il y a de la monnaie: nomisma.  […]

Lire la suite

lundi 9 avril 2012

A propos de l'universalisme en politique.

L'universalisme politique a comme point de départ l'universalisme générique. Donc, le principe logique selon lequel tout singularité - homme ou femme - est en première instance la manifestation de son universalité: tout homme est un être humain. Ceci mène depuis les commencements de la philosophie  […]

Lire la suite

vendredi 16 mars 2012

A propos de la philosophie politique.

Le principe d'égalité est la valeur suprême de la philosophie politique grecque. Le principe d'égalité, qui est le fondement de cette réflexion, réside dans le fait que l'être humain est un être humain, de la même façon que tout cleps est un clébard. Homo homini homo, disaient les latins: l'homme  […]

Lire la suite

jeudi 12 janvier 2012

A propos de la pensée.

Platon l'avait signalé: le Logos est la raison qui réfléchit à partir des valeurs d'ordre universel. Pour sa part, Aristote nous dit que l'universel (le genre) est ce qui se manifeste en première instance dans toute singularité. De sorte que la pensée essentielle, est celle qui réfléchit à partir de  […]

Lire la suite

lundi 9 janvier 2012

A propos de l'idée de l'absolu.

Si bien il est vrai que l'Absolu est un, on ne peut pas dire qu'une singularité donnée est un absolu. Car une telle assomption est contraire au principe de la raison suffisante. En effet, une partie ne peut pas être plus grande que le tout. De là, la nécessité de penser l'idée de l'Absolu éthique et  […]

Lire la suite

dimanche 20 novembre 2011

Pour sortir de la crise.

Einstein disait qu'on ne peut pas résoudre des problèmes posés, avec la même forme de pensée qui les a créé. Car, de la même manière que le marxisme n'a pas permis de  dépasser les problèmes créés par cette vision de l'histoire, de la même manière il est problématique de croire que des anciens  […]

Lire la suite

jeudi 29 septembre 2011

A propos du sens de l'Histoire.

Marx pensait que le communisme - un monde non marchand - était le sens de l'Histoire. Francis Fukuyama pensait pour sa part que la démocratie libérale est la finalité de l'Histoire. D'autres pensent, suivant Carl Schmitt, que le fédéralisme est le sens même de l'Histoire. Nous pensons, suivant  […]

Lire la suite

mardi 20 septembre 2011

Du chaos et de l'ordre.

Il est clair que, historiquement parlant, l'ordre naît du chaos. Les anciens égyptiens pensaient que le cosmos lui-même était le produit de ce processus. Anaxagore de Calzomène pensait, pour sa part, que c'est l'Intelligence, le Noûs, qui est l'instance dominante dans ce processus. Car le Noûs est,  […]

Lire la suite

dimanche 14 août 2011

A propos du rapport entre le particulier et l'universel.

Il n'y a pas de particulier sans universel, comme il n'y a de parties sans le tout. Dans le monde de l'humain, le règne des particularités sans universalité est le royaume de l'arbitraire, voire de la loi du plus fort. Dans le domaine de la règle, les droits - des systèmes juridiques - sans l'idée  […]

Lire la suite

lundi 13 juin 2011

A propos du mot crise.

Les sinologues nous expliquent qu'en chinois il y a deux termes pour expliquer le mot crise: l'un signifie chaos, l'autre veut dire opportunité. Sun Tzu, l'auteur de l'Art de la Guerre, nous explique, pour sa part, qu'il faut anticiper et s'adapter aux circonstances, plutôt que les combattre. Mais,  […]

Lire la suite

lundi 9 mai 2011

Le tout et ses parties.

Tout être humain quel qu'il soit, est capable de comprendre que le tout est plus grande qu'une de ses parties, et, par conséquent, qu'une partie ne peut pas être plus grande que le tout. C'est ce rapport entre le tout et ces parties qui nous mène à dire en langage philosophique que l'universel  […]

Lire la suite

vendredi 29 avril 2011

A propos de la justice sociale.

Selon son concept et sa réalité, la justice sociale passe par le développement de la justice contributive et de la justice distributive. La justice contributive consiste à prélever selon la capacité de chacun à constituer et à consolider le budget public. Notons que cette idée fut reprise par  […]

Lire la suite

- page 2 de 10 -