Le Blog de Norman Palma

Publications : Économie | Philosophie

jeudi 2 juillet 2015

Encore sur le poblème grec.

Normalement, nous allons vers la fin des prêts d'urgence (ELA) que la BCE fait à la Grèce. Ce qui devrait provoquer le retour à la drachme. Et, donc, le fait que l'épargne grecque va être transformé en cette monnaie. Certes, au moment même de l'apparition de cette monnaie, le taux de change devrait être de 1 pour 1. Par la suite, la drachme devrait suivre son propre chemin et se déprécier par rapport à l'euro.

mercredi 1 juillet 2015

Encore sur la situation de la Grèce.

Les grecs ont donc imposé le contrôle des capitaux. Le problème est que les autorités grecques, continuent à vouloir rester dans l'euro. Ce qu'ils peuvent, malgré leur non acceptation du plan des créditeurs. Le seul chemin de la reconstruction, passe par le retour à la souveraineté monétaire, et la déclaration en faillite. Ce qui devrait permettre la dévaluation et la renégociation de la dette.

dimanche 28 juin 2015

Encore sur la crise financière de la Grèce.

Tout indique que la BCE a décidé de ne pas augmenter le niveau de liquidités qu'elle prête aux banques grecques. Ceci veut dire que nous allons vers un contrôle des capitaux. Donc, que les liquidités que les grecques peuvent retirer des banques sera limité. Cette mesure annonce, par conséquent, que ce pays devra s'acheminer vers l'émission de sa propre monnaie. On devait nécessairement arriver à cette situation. Il s'agit maintenant de voir la logique de ce processus. Ce qui devrait conduire à la déclaration en faillite et à la négociation avec les créditeurs. De toutes manières, on aura le temps de voir venir.

samedi 27 juin 2015

A propos de la crise internationale.

Tout indique que l'économie internationale, est au bord d'une rupture de première importance. La crise grecque est en train ce coïncider avec la crise de la bourse chinoise. De plus, le 30 ans américain est, en ce moment, à 95,39$. Ce qui veut dire que le système dollar tend à s'affaiblir. Donc, la coïncidence de ces paramètres négatifs risque de provoquer un Tsunami. Voir, de déclencher son processus.

mardi 23 juin 2015

De la restructuration de la dette.

L'Amérique Latine a connu, en 1985, une crise de l'endettement très fort. C'est alors que fut mis sur pied le Plan Baker, du 9 octobre 1985. Il s'agit d'un plan de restructuration de la dette, qui a consisté dans le payement du service de la dette (de intérêts), et le renvoi au remboursent du capital à plus tard: dix, vingt, cent ans. Les latino-américains ont parlé alors de "deuda externa, deuda eterna": dette extérieure, dette éternelle. Cette politique a permis une reprise de l'activité en Amérique Latine, la décade de l'espoir. Mais, surtout, ça va lui permettre de pouvoir dépasser son sur-endettement. Actuellement, par exemple, la dette du Mexique représente le 13% de son PIB. Rappelons que la dette espagnole représente actuellement, le 100% de son PIB.

samedi 20 juin 2015

Encore sur la dete grecque.

Tout indique que nous nous approchons de la fin de cette histoire de l'endettement de la Grèce. Normalement, on devrait assister à l'instauration d'un système de contrôle des capitaux. Ce qui devrait précéder la déclaration en faillite de ce pays. S'ouvrira alors la possibilité, pour la Grèce, de revenir à sa monnaie. Et de pouvoir ainsi relancer sa propre économie. Il est clair qu'elle aura le temps pour renégocier sa dette. En tout cas, ce pays donnera aux nations en difficulté de la zone euro, la possibilité de reconstituer leur propre économie.

jeudi 18 juin 2015

Concernant la dette de la Grèce.

Jusqu'à 2006, la Grèce fut subventionné par la CE. Tout comme l'Espagne, le Portugal et l'Irlande. Depuis 2007, l'essentiel de ces subventions a été accordé aux pays de l'est. C'est, donc, depuis 2007 que la Grèce a commencé à s'endetter, d'une manière très importante. En 2010, la Grèce était très endetté. C'est la raison pour laquelle les pays de la CE plus le FMI, lui ont prêté beaucoup d'argent - 240 milliards d'euros - , mais avec un programme d'austérité particulièrement radical. Ce qui donne la réalité que nous constatons.

mardi 16 juin 2015

A propos des négociations sur la dette grecque.

Jusqu'à présent, les négociations sur la dette grecque ont échoué. On attend la dernière négociation, pour le jeudi 18. Ce sera, en principe, la réunion de la dernière chance. En tout cas, tout indique, que la Grèce ne pourra pas rembourser sa dette de 1.600 milliards d'euros, pour le 30 juin. Il faut, donc, que la Grèce prépare sa nouvelle monnaie.

mercredi 10 juin 2015

La grande crise.

Tout indique que la Grèce sera le détonateur de la grande crise qui est devant nous. Et ce, soit si elle s’accroche à l'euro, soit si elle sorte.

mercredi 3 juin 2015

Les exportations de la zone euro.

La presse nous indique que la zone euro devra exporter cette année, pour 2.000 milliards d'euros. C'est à dire pour quelques 2.230 milliards de dollars. Rappelons que la Chine a exporté en 2014, pour 2.252 milliards de dollars. Et, si on additionne les exportations de Hong Kong, 528 milliards de dollars, cela fait 2.780 milliards de dollars. Notons aussi que l'excédent de le zone euro sera, en 2015, de 260 milliards de dollars. Et, puis, que l'excédent allemand sera, pour la même année, de 220 milliards de dollars.

vendredi 29 mai 2015

Le poids de l'électorat latino aux Etats-Unis.

Tous les spécialistes sont d'accord pour dire que le poids de l’électorat latino, est très important aux États-Unis. Cette minorité représente actuellement 11% de l'électorat, avec un poids démographique de 54 millions de personnes. Il est important de rappeler qu'Obama a été élu grâce aux voix latinos. Les statistiques nous indiquent, par exemple, qu'en 2012 le candidat républicain a obtenu 27% du vote latino, tandis qu'Obama qu'Obama a obtenu 71%. Donc, le vote latino est essentiellement démocrate.

mercredi 27 mai 2015

A propos de l'économie panaméenne.

L'économie panaméenne est celle qui a connu, en 2014, le taux de croissance économique le plus important en Amérique Latine: 6,5%. Sa croissance fut supérieure de 3 fois à celle du Mexique. Ce pays, de 4 millions d'habitants, a exporté en 2014 pour 18,8 milliards de dollars. Tandis que Cuba, avec 11 millions d'habitants, a exporté pour 6,2 millions de dollars.

lundi 25 mai 2015

Le Mexique, première puissance économique latino-américaine.

Ce qui détermine la puissance économique d'une nation c'est la valeur des exportations, et non pas le PIB. Or, si on tient compte de la valeur des exportations, la Mexique est la première puissance économique latino-américaine, avec 406,4 milliards en 2014. Puis vient le Brésil avec 242,7 milliards de dollars. Suivent le Venezuela avec 91,7 milliards de dollars et l'Argentine avec 85 milliards de dollars. De plus, il faut savoir que le Brésil est actuellement en récession, tandis que le Mexique devrait connaître cette année une croissance de presque 3%.

vendredi 22 mai 2015

Entre Varoufakis et Lapavitsas.

La Grèce continu, dans ces négociations, avec la Troïka, la stratégie de Varoufakis. Lequel pense que tout peut s'arranger au sein du système de l'euro. Il faut de la bonne volonté pour structurer la dette grecque et surmonter les politiques d'austérité. Ce qui devrait permettre d'atteindre les meilleurs des mondes. Costas Lapavitsas, pense, pour sa part, qu'il faut annuler la dette et sortir de l'euro. Il est clair que Lapavitsas est trop radical. Mais, la radicalité se trouve dans les fondements des choses. Et la Grèce n'a d'autre solution que se déclarer en faillite - pour pouvoir renégocier sa dette -, et récupérer sa souveraineté monétaire.

vendredi 15 mai 2015

La récupération du 30 ans (US30Y).

Tôt ce matin, le 30 an était à 88,67$. Au milieu de la mâtiné, il est passé à 99,70$. Ce qui veut dire que la Réserve Fédérale est en train d'émettre de la monnaie, en dehors de tout programme. C'est la deuxième fois que cela se passe. La même chose s'est produite début février de cette année. On est ainsi passé d'un soutient programmé, par des QE, à un soutient ponctuel, en fonction des besoins. Donc, tout indique que la Fed va intervenir, à chaque fois que la valeur réelle du 30 ans aura décroché par rapport à sa valeur nominale (100$). C'est, donc, autour de 90$ que la Fed va intervenir.

jeudi 14 mai 2015

Le US 30 ans se fragilise à nouveau.

Comme nous l'avons déjà souligné ici, le bon américain de 30 ans est la pièce maîtresse du système dollar. En effet, l'US 30 ans est l'instrument principal des réserves internationales. Cela veut dire, par conséquent, que si la valeur réelle du 30 ans est inférieure, à sa valeur nominale (100$), la banque central en question perd de l'argent. Or, en ce moment, le 30 ans est à 88,48$. Donc, normalement, on devrait s'attendre à une intervention de la Fed. Soit un nouveau QE, soit une nouvelle opération twiste. Car, si le 30 ans continu à se dégrader, cela peut provoquer des achats massifs de l'or, du côté des grandes banques centrales excédentaires: Banque de Chine, Banque du Japon, etc, etc.

lundi 11 mai 2015

Encore sur la dette grecque.

Tout indique que le gouvernement de la Grèce va accepter les exigences des créditeurs. Ses responsables n'ont pas encore compris que la sortie de l'euro est le seul chemin de la raison. Car, ils croient que sortir de l'euro, c'est sortir de l'histoire.

mercredi 6 mai 2015

De la pénurie monétaire en Grèce.

Nous l'avons déjà souligné ici, le système de la monnaie unique se caractérise par la surabondance (relative) de monnaie dans les pays excédentaires, et de la pénurie monétaire dans les pays déficitaires, selon les comptes extérieures. Il convient aussi de comprendre que la pénurie monétaire donne rareté du crédit. Ce qui veut dire que les pays déficitaires tendent à s'enfoncer dans la contraction économique. Et cette contraction est d'autant plus forte que la pénurie de monnaie est importante. Ce qui est aggravé par la volonté de thésaurisation. Phénomène que nous constatons actuellement en Grèce.

jeudi 30 avril 2015

De la fin du règne de l'étalon-or.

Le système de l'étalon-or (1873-1914) va connaître une crise très importante, au lendemain de la Première Guerre Mondiale. C'est lors de la Conférence de Gènes (en 1922) que l'on va prendre conscience de la rareté de l'or. Puis, en 1925 la Grande Bretagne va revenir à l'étalon-or. Mais, avec la même parité qu'avant la guerre. Ce qui fut une faute considérable. Et qui va provoquer une déflation dans ce pays. Mènent ainsi à la fin de ce système, dans ce pays, en 1931. L'étalon-or ne était pas la cause de cette crise, comme on tend à le penser. La cause principale de cette crise fut la politique de thésaurisation de l'or par la Réserve Fédérale. Cette politique de la Fed, va provoquer la rareté de l'or monétaire, et la tendance à la déflation qu'on a constaté à l'époque. Avec la Confiscation Act, du 5 avril 1933, Roosevelt met fin au système de l'étalon-or, et donna, ainsi, naissance au système de l'étalon-dollar. Dans lequel nous sommes toujours.

mardi 28 avril 2015

A propos de la crise monétaire des années vingt et trente.

Entre 1873 et 1914, l'étalon-or va garantir les échanges sur le marché international, ainsi que la quantité de monnaie en circulation, dans les économies nationales. Avec la Première Guerre Mondiale, nous allons assister à une augmentation considérable des réserves or des États-Unis. En plus, à partir de l'année 1920, ce pays va démonétiser (Thésauriser) une partie importante de ses réserve or. Pour les autre pays industrialisés, il va s'agir alors de retourner à l'étalon-or. Car, pendant la guerre, ils vont se mettre à subventionner les conflits armés avec la planche à billets. De sorte que la quantité de monnaie en circulation, après la guerre, à plus que doublé, dans des pays comme la Grande Bretagne et la France. Pour sa part, la Grande Bretagne revient à l'étalon-or en 1925, mais avec la parité d'avant la guerre. Ce qui va provoquer une crise déflationniste dans ce pays. Puis, elle abandonne l'étalon-or en 1931. La France, par contre, va déprécier le franc de quatre cinquième de sa valeur., avec Raymond Poincaré, en 1928. Ce qui va permettre de rétablir les comptes publiques en France. Roosevelt, de son côté, va quitter l'étalon-or, le 5 avril 1933, avec la Confiscation Act; et thésaurise la totalité de l'or monétaire que ce pays contrôlé alors. 66% des réserves mondiales, tout en inscrivant dans le nouveau dollar (de 1934: As good as Gold. Par conséquent, avec ces mesures de Roosevelt, le monde va rentrer, de facto, dans l'étalon-dollar.

- page 1 de 80